Tout le monde connait l’histoire de Jonas, ce prophète avalé pas un monstre marin car il fuyait la destinée de Dieu pour sa vie. Mais avant d’être avalé par ce monstre, Jonas est monté dans un bateau en direction de Tarsis et une tempête s’est levée, obligeant les mariniers dans un premier temps à jeter des marchandises à la mer. Malgré cette opération, le navire continuait à prendre de l’eau alors chacun invoqua son dieu mais rien n’y fit. Ils allèrent alors vers Jonas et lui demandèrent ce qu’il en savait. Jonas n’eut pas d’autre choix que d’avouer la vérité et de consentir à être jeté a la mer et les mariniers après avoir invoqué l’Eternel, reconnu sa grandeur et imploré sa grâce « prirent Jonas, et le jetèrent dans la mer. Et la fureur de la mer s’apaisa. Ces hommes furent saisis d’une grande crainte de l’Éternel, et ils offrirent un sacrifice à l’Éternel, et firent des vœux » Jonas 1: 15-16. 

A l’image de ces hommes, nous devons avoir le courage de jeter à la mer les causes de nos soucis, de nos angoisses, de nos inquiétudes, de nos tourments. Les mariniers, face à leur situation, cette tempête et ce vent violent qui allait causer leur perte, ont fait l’exercice qui consiste à identifier la source de son problème. Mais l’ayant trouvé, ils n’ont pas cherché à le résoudre par eux mêmes mais ont opté pour la solution radicale qui est de tout jeter à la mer afin d’en être débarrassé une fois pour toute. Une fois qu’ils l’ont fait, la fureur de la mer s’est apaisée et ils ont adoré Dieu. Le Seigneur nous a créés pour l’adorer. Le Seigneur ne nous a pas créés pour que nous vivions dans l’agitation, le tourment et la perplexité.

Adam et Eve après leur création ont été placés dans un endroit propice à la contemplation, à l’adoration. Tout y était calme et harmonieux.  

Chaque fois que nous nous débarrassons d’un fardeau, c’est pour créer un environnement propice à l’adoration. Jésus nous a invités à déposer à ses pieds nos fardeaux afin qu’ils nous accordent le repos pour que nous puissions l’adorer. 

Lorsque nous confions nos soucis à Dieu, nous ne renonçons pas mais nous la rendons à celui qui mieux que nous saura s’en servir. Une fois Jonas jeté à la mer, l’Eternel a envoyé un poisson l’avaler et le recracher à Ninive afin qu’il annonce la repentance et le salut. Tout un peuple a ainsi pu échapper à la destruction. Quel que soit ton souci, le travail, les enfants, le mariage, l’argent, jette-le à la mer, l’Eternel le recueillera et en ferra quelque chose de bien. Mais tant que tu le gardes dans ta barque, la fureur de la mer ne s’apaisera pas. Tu auras beau te débarrasser des choses auxiliaires, le navire coulera quand même. 

Demandons à Dieu de nous révéler cette chose que nous retenons si fort, qui dort au fond de notre navire et qui pourtant agite tout autour de nous, nous empêche de retrouver la paix qui nous permet d’adorer Dieu et ayons le courage de la jeter à la mer. Ce faisant, nous ne la perdrons pas mais Dieu s’en chargera pour notre compte et nous la restituera, en son temps, selon la forme qui sera la meilleure pour nous. 

Dieu attend notre adoration mais nos soucis nous en éloignent.  Éloignons-les de nous et approchons nous de Dieu. Que le Seigneur vous bénisse.