C’est, il me semble le titre d’une chanson française bien connue. Oui, nous devons parler d’Amour, je dois me parler d’Amour, je dois nous parler d’Amour et je souhaite t’entendre me parler d’Amour. L’Amour dont nous parlons ici n’est ni un sentiment, ni une émotion, ni un concept intellectuel. L’Amour dont je veux te parler ici est AMOUR. 

Nous pouvons débuter par la réponse que Jésus donne au pharisien dans Matthieu 22 :37-40 « Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.» Il s’agit donc d’abord de l’Amour pour Dieu, une forme d’Amour qui envahit notre être entier, cœur, âme et pensée. Le corps et la chair sont exclus ici et à raison car ce qui touche à la chair est victime du temps et des circonstances alors que l’Amour que nous avons pour Dieu est immuable, imperturbable et incorruptible. 

Cet Amour pour Dieu ou cet Amour de Dieu est une réponse. Il est notre réponse à l’Amour que Dieu nous a donné dès la formation du monde. Cet Amour dont Dieu ne se repend pas mais qu’au contraire qu’Il répand en abondance dans nos vies malgré notre péché et notre infidélité. C’est donc un Amour réactif et non un Amour actif. Cet Amour ne se commande pas, il ne se décrète pas, il se donne, il s’offre gratuitement et  ne s’ôte jamais. Cet Amour pour Dieu ou cet Amour de Dieu nous est donné par Dieu et il nous appartient maintenant de le recevoir et de l’accepter afin non plus de le ressentir mais de le vivre à l’intérieur, dans notre cœur, notre âme et nos pensées afin qu’il se répande à l’extérieur de nous. Nous aimons Dieu parce qu’Il nous a aimé le premier, parce qu’il nous a fait un don d’Amour. 

Ce qui nous amène au deuxième commandement « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Il nous est impossible d’Aimer notre prochain comme nous-mêmes si nous n’Aimons pas Dieu, si nous n’avons pas reçu le don d’Amour de la part de Dieu. Si l’Amour ne se manifeste pas dans notre vie sous la grâce du don, nous aimons sentimentalement, émotionnellement et/ou intellectuellement mais nous n’aimons pas véritablement. Lorsque nous aimons moins notre mari à cause du temps qui passe, de son ventre qui a poussé ou de son irresponsabilité grandissante, cela signifie que nous avions des sentiments pour lui. Lorsque nous nous éloignons de nos parents ou de nos enfants parce qu’ils nous ont fait cette chose impardonnable, excusez-moi de nous le dire, c’est parce que nous avions des sentiments pour eux. Nous pouvons multiplier les exemples lorsque nous regardons autour de nous. 

L’Amour qui vient de Dieu et qui nous est enseigné par Jésus c’est un Amour qui nous est donné, que nous avons reçu et qui déborde tellement en nous que de manière incontrôlée et incontrôlable, qu’il se répand sans efforts sur les autres. C’est cet Amour qui est donné et distribué sans effort, de manière aussi simple que celui que nous recevons du Père. Un Amour qui, parce qu’il ne nous appartient pas, nous ne réfléchissons pas à qui le mérite et qui ne le mérite pas, nous ne le distillons pas, nous ne l’économisons pas  mais nous le déversons en abondance car nous savons que nous en avons reçu en abondance. C’est Amour qui inonde tellement nos cœurs que nous n’avons qu’une seule envie, donner, donner et encore donner. Même lorsque nous ne recevons pas, nous le donnons car nous le donnons non pour recevoir mais simplement parce qu’il n’a qu’une seule vocation, être donné. 

C’est Amour qui a poussé Dieu à donner son fils unique pour nous et qui a poussé Jésus, malgré les inquiétudes, les angoisses et la douleur à accepter de boire la coupe afin que nous ayons la vie, et qui doit nous pousser à abandonner notre moi pour Dieu et pour les autres. L’apôtre Paul dans 1 Corinthiens 13 que vous connaissez tous par cœur nous dit que sans amour je ne suis rien. Même si j’ai la connaissance, la sagesse et l’intelligence, quant bien même je fais preuve de charité ou de foi, s’il me manque l’Amour, je ne suis rien.  Il décrit alors les caractéristiques de cet Amour et nous dit entre autres que l’Amour est patient et  plein de bonté. Ce sont les choses que l’Amour est, dans la suite, on nous dit ce qu’il n’est pas ou ce qu’il fait ou ne fait pas. 

J’aime cette phrase car elle ne dit pas que l’Amour marche avec la patience ou la bonté, ou encore que la patience et la bonté accompagnent l’Amour, ou encore que la patience et la bonté sont des preuves ou des signes d’amour, ou encore que la patience et la bonté sont des attitudes d’Amour. Non, il dit au verset 4 : «  L’Amour est patient, il est plein de bonté ». Le verbe être ici doit être compris dans son sens premier c’est-à-dire un état ou bien une égalité parfaite.  L’Amour est la patience, l’Amour est la bonté. Lorsque nous sommes en dehors de cela, nous sommes en dehors de l’Amour. Cela signifie alors que la patience est incompatible avec la comptabilité ou toute forme de décompte. La patience et donc l’Amour ne dit jamais « ca fait 100 fois que je te demande ca, j’ai déjà essayé, je suis fatiguée », la patience ne s’impatiente pas. De même, la bonté est un aller simple, elle n’attend rien en retour, même le simple merci. Elle donne et agit sans jamais se lasser. 

L’Amour ou encore la Patience ou encore la Bonté, est une main tendue vers l’autre qui ne se ferme et ne se fatigue jamais. Si tu veux baisser les bras ou fermer ta main, pour toi-même, pour Dieu ou pour une personne, pense à ce qui t’arriverais si Dieu baissait son bras ou fermait sa main pour toi. L’Amour ne nous appartient pas, il vient de Dieu et il retourne à Dieu à travers ses créatures qu’il a mises autour de nous. 

Use et abuse de patience et de bonté car elles ne proviennent ni ne procèdent de toi. L’Apôtre Paul poursuit en disant l’Amour ne périt jamais, alors n’aie pas peur de recevoir l’Amour de Dieu ni de le donner. L’Amour dont Paul nous parle doit rendre son propre témoignage dans notre vie, tant vis-à-vis de Dieu, de nous-mêmes que de notre prochain. 

Les deux commandements interpellent un acteur (toi)  et trois destinataires Dieu, moi et toi et cet Amour doit atteindre et toucher ces trois personnes. Dieu d’abord, en réponse à son Amour (ne serait-ce que par simple  politesseSourire), puis mon prochain mais seulement comme à moi-même. Dieu ne se rependra jamais de son Amour pour toi, alors répand le abondamment autour de toi car celui qui aime est de Dieu. 

Prière : Seigneur donne moi de recevoir ton Amour dans son expression la plus simple, la plus pure et la plus parfaite afin que moi aussi je puisse t’aimer, m’aimer et aimer mon prochain, au nom de Jésus. Amen Caroline Mpondo Mboka

Pour vous servir au nom de Jesus